césarienne

La césarienne

Une vidéo qui à retenu notre attention et nous souhaitons la partager avec vous, et rebondir sur son contenu:

La césarienne publié sur la page  PlayGround FR


au Maroc aussi invraisemblable que cela puisse être, environ 65% des naissances sont fait par césarienne ! ! !
on n’y croyait pas, mais depuis plus de 2 ans que nous sommes active sur les groupes dédié à la maternité on ne peut que constater que c’est une triste réalité. 

On est pas choqué pour ces interventions qui sont réalisé en dernier recours pour sauver des vies, c’est bien pour cela que la césarienne à été inventé Dieu merci, mais on est vraiment surprit pour ces césariennes programmé dé les premières semaines de grossesse, 
on est choqué de lire que c’est un acte de convenance pour le praticien de chirurgie, proposé comme un “choix” et un avantage, pour le porte feuille car mieux pris en charge par les assurance, la mère et la famille, qui ne mesure pas à leur juste valeur les conséquences de cet acte chirurgical:
  • douleurs port opératoire,
  • convalescence,
  • allaitement compromis avec une lourde conséquence financière car le lait industriel représente un gros budget qui lui n’est pas pris en charge par les assurance,
  • immunité chez l’enfant,
  • limite de procréation postérieure…

les future parent, y voit aveuglément que l’aspect “pratique” rapide et “sécuritaire” avec une totale confiance au corps médical qui a pour vocation de faire de la médecine et donc des actes médicaux.

Seulement la naissance est avant tout un acte naturel à la porté de chaqu’une à qui Dieu a donné de porter et donner la vie, et économique meme si il n’est pas pris en charge a juste titre par les assurance,
“mon dernier accouchement m’a couté 500,00dh que j’ai payé de ma poche, j’ai mené à bien mon projet allaitement durant 27 mois, et donc dépensé 0,00dh de préparation industriel ni de médicament car mon fils a pu bénéficier des bien fait de mon lait il n’a jamais été malade”

Dans cette vidéo ils exposent, différentes raisons de la pratique de la césarienne qui sont loin de l’acte médical initialement destiné à sauver des vies, ils exposent différentes raisons qui amène une mère à donner la vie non pas de manière naturel, mais par un acte chirurgicale consenti avec ignorance.

à cela s’ajoute peut-être le contrôle des naissances et de la démographie, car une femme qui SUBI une césarienne aura peu de chance de créer une famille nombreuse, rare sont les praticiens qui acceptent de suivre des grossesse de BB3, BB4 et plus c’est très très rare, certains praticiens proposent aux femmes la stérilisation après BB2  pour ne plus que la femme prenne de RISQUE.

La césarienne un acte à l’origine exceptionnel devenu banal pour rendre la banalité exceptionnel.
Rappelons que à la base toutes les femmes sont faites pour accoucher naturellement, des complications peuvent en effet arriver, mais ce n’est que dans un pourcentage très réduit qui ne dépasse pas les 10% des cas.
futures mamans je vous donne mes conseils de mamans de 4 enfants dont des jumeaux, tous nés par VB don le dernier à la maison, pour un accouchement naturel,
  • Commencez par vous préparer mentalement et physiquement à un accouchement naturel, faites vous confiance, apprenez à écouter votre corps et laisser faire la nature, 
  • Évitez la prise de poids excessive, et maintenez vous en bonne forme physique, (escalier, marche, natation…)
  • Rapprochez vous de professionnelles qui vont vous accompagner pour une naissance physiologique, pour la gestion du stress et de la douleur
  • Ne précipitez pas un déclenchement, restez zen bébé arrivera en son temps, qui peut dépassé jusqu’à 11 jours pour mon BB3, (profitez en pour vous reposez), faites vous confiance et laissez faire la nature.
  • Évitez le personne négative, qui vont vous raconter les mauvaises expérience de foulane,
  • Donnez vous la chance de vivre votre accouchement naturellement et physiologiquement, imposer votre choix autour de vous.
  • Ne cherchez pas la meilleur gygy qui pratique la meilleur césarienne, mais chercher la meilleur gygy qui est pour l’accouchement par VB,
  • si vous ne souffrez pas de pathologie particulière faites vous suivre par une sage-femme qui a une approche plus physiologique et moins médical de la naissance,  vous pouvez même trouver des maisons d’accouchement dans un environnement plus cosy, faites leur confiance, elle connaissent leur métier et leur limites, en cas de complication un transfère en milieux hospitalier sera tjs. possible.
  • si vous optez pour la clinique cherchez où ils favorise l’accouchement par VB
  • N’oubliez pas qu’un accouchement c’est avant tout un acte NATUEL
  • Ayez une attitude positive et tout se passera bien, si vous stress faites du yoga ou du coaching personnel pour apprendre a gérer votre stress
  • Ne croyez surtout pas que une césarienne ce n’est pas douloureux, mais apprenez a gérer votre douleur et opter pour une douleur “intense” utile et bénéfique au processus naturel de la naissance, qui prendra fin avec la délivrance, et non pour une douleur prolongé post-opératoire qui va prend des semaines voir des mois pour s’atténuer, car la césarienne c’est une intervention chirurgical qui va vous laisser des lésions irréversible et handicapante au moment ou votre bébé aura le plus besoin de vous, celà peut même compromettre votre projet d’allaitement.au plaisir très chères futures et jeunes mamans de lire votre témoignages d’accouchement,

venez partager vos expériences sur notre blog, pour celà,  vous pouvez nous envoyer votre récit sur story@oums.ma avec ou sans photo en nous indiquant si vous souhaitez qu’il soit publier de manière anonyme ou avec votre nom et prénom.

accouchement story

Story Mme Elaroussi Sarah et princesse Aida

Story Mme Elaroussi Sarah et princesse Aida

Merci à Sarah ELAROUSSI maman d’une petite princesse Aida, qui partage avec nous le récit de son accouchement:

Un beau matin en Février 2016, je découvre que je suis enceinte de mon 1er bébé, après 2 ans d’essai, deux fausses couches, c’était la plus bonne nouvelle de l’année, la 1ere chose qui m’a traversé l’esprit c’est déposer ma démission, et quitter mon travail, ce travail que j’exerçais depuis 7 ans mais ce bonheur d’avoir un bébé dépassait largement cette envie de poursuivre ma carrière et évoluer en se moment, personne ne savait ce qui se passait et tout le monde se posait la question sur ma démission ….

1er trimestre de grossesse alitée, nausées et vomissements mais je reste optimiste et je me dis que c’est normal, ca arrive a tout le monde et je vais pouvoir profiter de ma grossesse vers le 2éme trimestre, vers 14 SA je pars voir le gynécologue pour une consultation, et la je lui montre des taches sur mes cuisses, grosses taches, il me prescrit donc des analyses sanguines pour voir mon taux de plaquettes, surprise : plaquettes a 58 000, deux jours après 45 000, le lendemain 32 000 et ca continue a baisser, je n’avais aucune idée sur ce que c’est, je pars voir le 1er hématologue qui me demande de faire un bilan général pour qu’a la fin me sort : MME VOUS ETES ENCEINTE JE NE PEUX PAS VOUR PRENDRE EN CHARGE ALLEZ VOIR VOTRE GYNECOLOGUE, je pars chez mon gynécologue qui me demande d’aller voir un interniste car ce n’est pas sa spécialité, que des va et vient et je ne savais pas ce qui se passe, je n’osais même pas a en parler et je tenais vraiment a ce bébé que je me disais que ce n’est rien de grave et ca va passer ….

Je prends RDV chez un interniste, un gentil Monsieur qui est à l’écoute, il me demande un autre bilan que je fais, il soupçonne un dérèglement immunitaire et hormonal mais ne sait vraiment pas ce que c’est, me prescrit une corticothérapie pendant deux semaines pou voir si  ca va régler la chose, après deux semaines aucune amélioration, je suis cortico-résistant, mon corps ne réponds pas au corticoides, il me demande donc une hospitalisation en urgence, c’était la vielle de Ramadan, je rentre dans un hôpital, des bilans encore et encore, des bolus de cortisone par voie veineuse a forte dose, régime sans sel et sans sucre bref la totale quoi …..  Ces plaquettes ne font que baisser, mes reins sont touchés, tension un peu élevée, transaminase aussi , je saigne de partout, nez qui coule de sang, bouche, oreilles, vessie ,,,, qu’est ce qui se passe exactement ? Les médecins m’ont conseillé donc d’extraire le bébé, j’étais presque a mon 5éme mois, chose que je refusais biensur, je ne voulais même pas y penser, pour moi ce bébé represente tout, je le sens bouger, je vois ce petit ventre qui sors jour après jour, malgré tous ces médicaments et mon état de santé je ne faisais que penser a lui et me contenter de le sentir en moi, un mois passé, la vielle de l’Aid les médecins me demandent donc de sortir de l’hopital car je payais pour rien, et que mon état se détériore, ils ne pouvaient rien me faire, ils m’ont conseillé donc de sortir pour l’Aid et d’aller commander un traitement qui coute dans les 80 000dh, c’est des immunosupresseurs avec une durée de traitement de deux jours seulement, je suis sortie, perdue, je ne vois plus le bout du tunnel, je ne sais plus ce qui se passe, personne ne peut me toucher vu que je suis enceinte et moi je ne pense à rien a part cet ange qui bouge en moi, japrès l’Aid je pars a Casablanca voir un autre médecin, celui ci est un hématologue cancérologue, soit disant connu su Casablanca et qui est un vieux monsieur, il me conseille donc une hospitalisation entre 10 et 15 jours pour m’administrer ces immunosupresseurs et me faire un suivi, car mon état de santé ne me permets pas de rester chez moi ou de bouger, risque d’hémorragie interne ou cérébrale, je ne ferme plus l’oeil la nuit, peur de dormir et ne plus me réveiller, j’étais torturée par les analyses, ponction de la moelle osseuse, des prélèvements sanguine chaque jours a 6h du matin, je ne sentais plus mes veines, mais je gardais espoir, je restais positives et j’avais un seul objectif, c’est que ce bébé soit en bonne santé, je le vois bouger dans l’echo, toute contente d’admirer ses petites mains, ses pieds et son visage et ses trais qui sont déjà visible à l’écran …

15 jours passés dans cette clinique, il ne me reste plus rien a faire, plus la grossesse avance plus mon état de santé se détériore, je ne mange plus, je ne dors plus, je saigne encore et encore, mes reins sont épuisés, hypertension, et avec les doses élevées de cortisones que j’ai prise j’ai eu un diàbete gestationnel, à la limite je m’en foutais car bébé va bien, je ne pense plus à moi ni a ce qui peut m’arriver, pour moi l’objectif principal c’est que bébé naisse en bonne santé.

Je suis arrivée au point que je commence à partir moi même aux cliniques pour demander une administration du traitement par voie veineuse, je voulais juste arriver au 7éme mois pour demander un déclenchement d’accouchement, alors que ce traitement par voie veineuse ne donne plus aucun résultat, je devais donc être hospitaliser à nouveau dans une clinique pour suivi rigoureux et administration de ces immunosupresseurs ( c’est des anticorps ), pas la peine de vous raconter ce que j’ai subis dans cette clinique et sans citer le nom du médecin, mais je ne le pardonnerai jamais, il m’a torturé, ma fait pleuré, harcèlement moral, m’oblige à prendre des traitements qui ne sont pas autorisé aux femmes enceinte , et m’oblige également de mettre fin a cette grossesse….. Bref , je suis restée 15 jours et la , il vient me voir pour me demander de quitter l’hopital car ya pas de raison de rester, le gynécologue qui me suivait labas me disait clairement qu’elle ne peut pas me prendre en charge et prendre cette responsabilité, et me dit que si jamais elle me prends en charge elle va devoir m’enlever l’utérus, je pars voir le medecin qui se charge du service néonat ( car je voulais accoucher a 7 mois ) , et ce dérnier me dit, Madame je n’ai pas de place pour votre bébé, pour pouvais le garder dans votre chambre ou cherchez ailleurs car aucune couveuse n’est disponible.

Désespérée, perdue, je ne sais plus ce qui se passe, j’ai honte de ces médecins qui ne peuvent même pas soutenir un malade, ces médecins qui ne pensent à rien a part l’argent mais je garde espoir encore et je rentre chez moi.

J’arrive à 33 SA, mon 1er interniste qui est en congé, demande toujours après moi, m’a conseillé donc d’aller voir un anesthésiste pour voir avec lui le protocole a suivre pour un éventuel accouchement programmé, le protocole durait 15 jours entre traitement et suivi, je rentre donc en réanimation, et à cause de tout le stress que j’ai subis je perds les eaux a 2h du matin, je ne devais absolument pas accoucher par voie basse, et avant tout ca je devais être transfusée de plaquettes ou de sang, des contractions insupportable, mais je tenais le coup, je me dis que le jour que j’attendais depuis longtemps est arrivé, mais je ne sais pas si je vais sortir vivante ou pas, si je vais devoir voir mon bébé ou pas, les médecins arrivent a 7h du matin, direction bloc opératoire, ils appellent le centre de transfusion sanguine le samedi a 7h du matin pour nous fournir des plaquettes et du sang, je rentre en bloc a 8h30, anésthesie génerale, transfusion, hémorragie lors de l’opération, intubation car je respirais plus bien, mais une petite princesse est née, elle s’appelle AIDA, 2,195kg, prématurée mais qui est aussi courageuse que sa maman, respire seule, n’a pas eu besoin de couveuse, bilan correct, elle est restée en néonat juste 4 jours le temps que je sors de la clinique, elle rentre donc avec moi à la maison…

Après l’accouchement tout rentre dans l’ordre, plaquettes correctes, reins parfaits, tension normale et diabète aussi, tout ce chamboulement est causé par la grossesse, ca arrive, mais grâce a dieu et aux gens qui m’ont soutenu que j’ai pu relevé le défit, c’est vrai que j’ai perdu ma carrière mais j’ai gagné un paradis qui est cette princesse, elle a un an aujourd’hui, elle se développe normalement, sourit joue crie et me comble de bonheur.

Ayez confiance en vous, et un bébé est le plus beau cadeau du ciel.

ELAROUSSI SARAH

récit accouchement Naoula

“Une Maman qui souhaitait accoucher par voie basse”

“Une Maman qui souhaitait accoucher par voie basse.”
Merci à Naoual NAOULI maman d’une petite princesse Leen depuis l’âge de 28ans, partage avec nous le récit de son accouchement:

#monaccouchement

▫️En décembre 2015, j’ai eu un retard des règles, je me suis pas précipitée parce que ça m’arrive souvent d’avoir un cycle menstruel long, j’ai passé quelques petites semaines à attendre mes règles sans que je soupçonne que je suis enceinte , eh ben cette fois ci, mes règles n’ont pas fait signe , alors je fais le test de grossesse et je vois apparaître les 2 traits bien rouges.

J’ai ensuite très vite pris un rendez vous avec ma gynecologue, c’était le mecredi 20 janvier 2016 ( j’étais déjà à 10SA et 4 jours ), c’était un beau jour riche en émotion,une magnifique sensation de voir une petite forme qui mesurait 3.30cm, et un miniscule coeur tout mignon qui battait à 162BPM ( State of Trance ), c’était mon futur bébé d’amour.

▫️Ma grossesse était un peu compliquée: un petit décollement polaire inférieur pendant le premier trimestre de grossesse, et une forte dilatation pyelo-calicielle du rein droit depuis 24SA et 2 jours, en ce jour là, ma gygy m’a envoyé directement chez un urologue pour diagnosticer cette dilatation et m’orienter, il me rencontre,jette un coup d’oeil sur mon échographie et m’explique qu’il doit m’opérer le lendemain pour me poser une sonde jj sous anesthésie générale, cette sonde je devais la garder durant toute ma grossesse, c’était la panique à bord et je ne prenais pas réellement conscience de ce qu’il était en train de m’expliquer. Pour lui c’était évident, il faut faire cette montée de sonde. Pour moi, c’était hors de question de vivre une anesthésie générale et de mettre 

cette maudite sonde en étant enceinte, parce que je savais que ça va être désagréable et dur à supporter, et je ne voyais que les effets néfastes de cette sonde, et du coup j’ai refusé de la poser, depuis j’étais obligée de dormir que sur le côté gauche.

▫️je voulais tout bien faire pour que mon bébé ne manque de rien et surtout qu’il n’est rien de mauvais pour lui.

▫️Comme d’autres femmes j’ai eu une grossesse accompagnée des vomissement, des nausées , des malaises causés par une baisse de tension etc..

▫️Malgré tout ça, j’ai rencontré les situations de bonheur, je vivais pleinement mes 9 mois de grossesse avec toutes les ondes positives, et je prenais presque tous les jours des selfies avec mon trésor dans le bidou que je lui montrerai dans le futur.

▫️Quelque soit la façon dont ma grossesse s’est passée, je me disais que j’aurai la plus belle des récompenses : ma princesse!

▫️J’étais immensément fière de la porter, envahie de sentiments et de sensations nouvelles.

▫️Mon DPA était prévue pour le 8 août 2016 ( j’étais à 40SA pile-poil), quoiqu’il arrive que le bébé se fasse attendre et préfère rester au chaud, alors même que la date prévue de l’accouchement est dépassée; et les contractions sont quasiment absentes.

▫️Le jour même, je me dirige directement vers le cabinet de ma gygy, pour s’assurer que ma grossesse suivait son cours. elle m’examine, DIEU MERCI, tout était OK , le rythme cardiaque du bébé était bon et la quantité de liquide amniotique était suffisante. Sauf que mon col était ouvert à peine à 1, elle me demande d’attendre encore une petite semaine et de marcher encore plus…

▫️Tous les jours de la semaine d’attente, j’avais la sensation que c’était « LE » grand jour, mais il ne s’est passé jamais rien. La princesse voulait bien rester aux 5 étoiles.

▫️Le 15 août 2016 ( à 40SA et 6jours de grossesse), c’était mon dernier jour d’essai, sinon je vais être déclenchée le lendemain.

▫️La seule réplique que je répétais à ma gygy : ” SVP je ne veux pas de césarienne, je veux accoucher par voie basse”

▫️eh oui, je n’avais aucun intêret à attendre….

▫️le 16 Août 2016 à 9h, tout est prêt pour démarrer…

▫️Me voilà donc habillée de la blouse glamourissime de la maternité et reliée au monitoring et à la perf,je vais passer les prochaines heures allongée sans pouvoir me lever. 

▫️La sage femme me dit d’ailleurs « je sais que vous n’aimeriez pas être déclenchée, mais ça va aller,les conditions sont en votre faveur »

▫️Les contractions commencent très doucement, tellement elles étaient moins fortes , j’ai eu le temps de me prendre en photo en bloc de maternité.

▫️le col s’ouvrait petit à petit, les sages femmes passent et augmentent les ocyto parce que les contractions restent trop éloignées et irrégulières.

▫️A 14h je sens quelque chose qui ne va pas à travers les réactions de la sage femme, je jette un coup d’oeil sur le monitoring ,je constate que les battements du coeur de mon bébé baissent, quelques minutes plus tard le rythme de la petite est finalement bon.

▫️A 15h , le col était à presque 3 , les contractions sont de plus en plus douleureuses et fortes, ma gygy vient pour m’examiner et m’encourager, et là on m’annonce le perçage de la poche … deux heures plus tard je suis à 5, j’ai mal à chaque contraction, je souffle, je demande à ce qu’on

me met la péridurale, la péri posée à 18h , on me demande si je peux m’asseoir en tailleur pendant 30min , pour aider le bébé à bien sortir.

▫️C’est donc parti, je pousse du mieux que je peux, j’ai du mal à reprendre mon souffle entre les poussées, je tremble de partout, et ma gygy m’encourage en me disant allez Naoual pousse, on voit bien la tête du bébé sortir, pousse, pousse… tu es une maman courageuse!

▫️Cet accouchement par voie basse qui avait l’air de m’échapper a finalement été merveilleux, grâce à l’équipe de la clinique Alboustane et ma gygy qui ont su se montrer à l’écoute.

▫️A 18h55 , je crie tout fort alhamdollilah , alhamdollilah, Princesse Leen ( poids 3kg900 taille 49cm) est là, i heard her first cry for the first time, and it was the sweetest sound!

▫️Après quelques minutes, j’ai eu droit à mon peau à peau avec elle, la connexion avec mon bébé était magique. 

▫️elle a envahi mon coeur d’un tsunami de bonheur, d’amour et de tendresse.

▫️Allaitée depuis sa naissance hamdollah, malgré les crevasses des deux premiers mois, j’ai résisté pour son bien-être et sa croissance.

▫Maintenant Princesse Leen a 13mois et 16jours, je ne trouve que du plaisir à l’allaiter encore et encore, elle éblouit chaque minute ma vie.

▫️ Proud to be her mommy, and i’m thanking God for the greatest blessing gift. ????

Katia-Salma, auto-entrepreneuse expatriée et épanouie au Maroc

c’ est mon premier interview après 10 ans dans ce beau pays.
l’air de rien j’en ai fais du chemin el hamdoulilah.
merci Maroc Émoi

#10ans #expat
#OumS #PortagePhysiologique #Maroc
#AtelierOumS #ConceptStore #ConfectionSolidaire

 

Source : Katia-Salma, auto-entrepreneuse expatriée et épanouie au Maroc | Maroc Émoi

Oum’S Story

Oum’S,
c’est l’histoire d’une jeune maman de 4 garçons, de  5 ans, 13 ans, et des jumeaux de 24 ans.
l’histoire d’une maman kangourou expatriée au Maroc depuis bientôt 10 ans el hamdoulilah.

Alors enceinte de son 4ème enfants, elle découvre une autre manière d aborder la maternité, le maternage, le portage physiologique, l’emmaillotage, le cododo, les couches lavable, l’accouchement physiologique, l’éducation bienveillante, . . .
c est le premier déclic ;
son seul regret est de ne pas avoir connu cela pour ses 3 premiers enfants.

Ensuite,

Le processus d un long changement s’amorce, elle délaisse l’architecture pour la confection, la Création & Confection,…

Artiste dans l’âme, couturière amatrice depuis plus de 20 ans, elle lance sa page Atelier Oum’S, Pour partager ses première créations (écharpes de portage classique, tapis de prière en polaire).

Après avoir accouchée le plus naturellement du monde à la maison, elle décide de completer ses bases de couture, élargir ses connaissance et renforcer ses compétence, alors durant les 2 premières années du petit dernier qu’elle materne intensément, grâce au portage physiologique qui lui laisse une totale liberté de mouvement, elle profite pour se recycler pour devenir couturière modéliste ensuite se spécialise dans la création et la fabrication des porte bébés physiologique,
et là c’est le 2ème déclic.

La volonté de faire de cette nouvelle perspective professionnelle une réponse, une solution, un moyen de répondre a une véritable problématique sociale,

Pour arriver a cet nouvelle perspective, elle créer la marque #Oum’S, leader dans la création et la fabrication de porte bébé physiologique, et d’autres articles de puériculture et de loisir #Made_In_Morocco.

petit a petit elle est reconnu par les professionnels et les mamans exigeantes, qui par la grâce d’Allah la motive et l’inspire.
pour cette maman, ce défi commercial, est un moyen pour atteindre son objectif qui est d’apporter une autonomie financière à des mères vulnérables ainsi offrir un avenir meilleur à leurs enfants.

. . .

je vous ai résumé ce chapitre pour vous dire que rien est impossible, avec l aide d Allah qu’importe la taille de vos rêves, remettez vous en a Allah, accrochez vous a vos objectifs, armez vous de persévérance, de patience, d’endurance et avancer,

en 2011 quand je fabriquais au Maroc mes premières écharpes de portage et que je voulais en faire la source de mon risk, alors que personne ne connaissait le portage physiologique, j étais loin d imaginer qu’en 2017 par la grâce d’Allah aza wa jel j aurai une gamme complète de porte bébé physiologique qui se vendent dans tout le pays et le fondement d’un projet social “Atelier Oum’S” au profit de mères réfugiées, migrantes et marocaines isolées et vulnérable el hamdoulilah.

Le jour de ton arrivee

Salam alaykoum

dans quelques jours, il y aura deja 5 ans,

quel beau souvenir que je partager avec vous,

c’était en 2012 le 15 mai, je me souviens de ce merveilleux accouchement que je vais partager avec vous.

Avec le temps, j’avais la ferme conviction que l’accouchement est un acte naturel et non un acte médical. Ce que l’on a tendance à nous faire oublié, c’est que toute la création se fait par la seule volonté d’Allah. tout ce qui doit être est et ce qui ne doit pas ne l’est pas.
avec la nyaa que Allah aza wa jel n’éprouve pas ses serviteur au-delà de leur capacité, et que notre vie et celle de l’enfant que nous portons est entre Ses mains, nous avons toutes la capacité d’accoucher naturellement.

tout au long de ma grossesse, je me suis heurtée à cette culture du « médical », comme si ma vie ou celle ce l’enfant que je porte dépend du corps médical, comme si ils détiennent à eux seul le pouvoir de m’assurer la vie et celle de mon enfant. Pardonne mon Dieu à tout ces gens.

Mes 2 premiers accouchements par voie basse  je fessais encore partie de ce monde de l’ignorance et de l’ingratitude envers Le Seigneur exalté et glorifié soit-il j’ai donc suivi aveuglément la tendance pour aller en clinique et subir une peri. et une episio.
Mais à l’âge de 38 ans (alors qu’ils disent que c’est une grossesse à risque, qu’ils sûr médicalisent) j’ai vécu le plus beau de mes 3 accouchement.
le plus beau pour moi, car à la maison dans une ambiance chaleureuse et intime, tout le travail je l ai fait seule avec Allah aza wa jel pour seul recours en toute quiétude,  jusqu’à l’arrivée tardif de la sage femme qui à tout juste eu le temps de poser ses affaires et de réceptionner Imran, sans péri., sans épisio. (juste un peut d’huile beldi pour facilité le passage),
ce jour la el hamdoulilah, j ai accouche le plus naturellement du monde, sans les va et vient incessant d’étrangère voir même d’étranger pour suivre l’évolution de mon ouverture, inconfortablement allongé dans une sale froide, non rien de tout ça, j’ai accouché de la manière la plus naturel qu’il soit, dans mon salon où j’ai personnellement pris soin de m’installer comme bon me semblai tout en fessant mes invocation, là il est arrivé en bonne santé el hamdoulilah, dans un cocon chaleureux, avec pour l’accueillir la parole de son Créateur, qui n l’a pas quitté.
Imran est né à 5h23, dans une atmosphère très chaleureuse après une nuit inoubliable, oui une nuit éprouvante par les douleurs des contractions, mais aussi la nuit ou j ai été le plus proche de mon Créateur.
très vite, ma voisine et sa grand mère qui nous ont rejoint, pour me féliciter, et nous apporter un petit déjeuner bien mérité que nous avons partagé.
dé leur départ vers 7h30 j’étais debout en pleine forme, en meilleur forme que la veille avec mon gros bidou qui m’handicapait, j’étais à la maison, avec mon bébé sans aucune douleur avec la satisfaction d’avoir placé toute ma confiance, avec une total soumission en mon Créateur , qui m’a permis d’enfanter comme Il aza wa jel nous l’a prescrit dans la douleur,

j’ai pu passé la nuit de travail à invoquer mon Seigneur pour moi, pour mes proches et pour la communauté, sans souffrir outre mesure, car Allah aza wa jel n’éprouve pas ses créature au-delà de leur capacité el hamdoulilah.

Gloir et louange a Allah, et merci a Loubaba cette grande dame d’expérience (des 100aine d’accouchement naturel en plus de 40 ans de metier ) qui m’a accompagne pour cette merveilleuse expérience.

porte bébé physiologique, porte bébé préformé, physioform,

Anecdote de maman kangourou

une anecdote de maman kangourou qui va vous faire bien rire,

sa se passe il y a une année environ,
avec les enfants on était parti faire des achats de tissus, en passant une nuit chez mon amie a Sale, c’était donc 2 jours très fatiguant, sur le retour je devais encore faire des achats a Rabat et mon gros kangourou de 3,5 ans était très fatigue et heureusement j avais prévu le coup avec une écharpe courte que j utilise tjs en dépannage,
mais la c était plus que du dépannage,. . .

il s est endormi comme un gros bébé,
il y est reste plus de 3 h,
quand il s est réveillé on était dans le bus qui était plein bien sur, impossible de bouger,
quand nous sommes descendus, il est descendu aussi et il me dit maman je suis mouille,
comme il fessait chaud je lui réponds c est normal tu es reste la longtemps et nous avons transpiré.
mais vraiment il était très mouillé et il marchait en canard,
arrivé a la maison, quand je me débarrasse de mes vêtement mon fils, le grand prend mon jilbab pour sentir et se met a rire, . . .

et il me dit :

maman il t a fait pipi dessus ! ! ! !

heee oui etre maman kangourou, d un grand kangourou sans couche c est parfois risqué

vous aussi vous avez des témoignages à partager,
pour partager vos expérience, de grossesse, d accouchement, d allaitement, de portage, . . .
envoyez-nous vos récit par mail à story@oums.ma avec ou sans photos, en nous précisant à publier en votre nom ou en anonyme .
on vous attend