accouchement story
Accouchement, Grossesse, Oum'S Story

Story Mme Elaroussi Sarah et princesse Aida

Story Mme Elaroussi Sarah et princesse Aida

Merci à Sarah ELAROUSSI maman d’une petite princesse Aida, qui partage avec nous le récit de son accouchement:

Un beau matin en Février 2016, je découvre que je suis enceinte de mon 1er bébé, après 2 ans d’essai, deux fausses couches, c’était la plus bonne nouvelle de l’année, la 1ere chose qui m’a traversé l’esprit c’est déposer ma démission, et quitter mon travail, ce travail que j’exerçais depuis 7 ans mais ce bonheur d’avoir un bébé dépassait largement cette envie de poursuivre ma carrière et évoluer en se moment, personne ne savait ce qui se passait et tout le monde se posait la question sur ma démission ….

1er trimestre de grossesse alitée, nausées et vomissements mais je reste optimiste et je me dis que c’est normal, ca arrive a tout le monde et je vais pouvoir profiter de ma grossesse vers le 2éme trimestre, vers 14 SA je pars voir le gynécologue pour une consultation, et la je lui montre des taches sur mes cuisses, grosses taches, il me prescrit donc des analyses sanguines pour voir mon taux de plaquettes, surprise : plaquettes a 58 000, deux jours après 45 000, le lendemain 32 000 et ca continue a baisser, je n’avais aucune idée sur ce que c’est, je pars voir le 1er hématologue qui me demande de faire un bilan général pour qu’a la fin me sort : MME VOUS ETES ENCEINTE JE NE PEUX PAS VOUR PRENDRE EN CHARGE ALLEZ VOIR VOTRE GYNECOLOGUE, je pars chez mon gynécologue qui me demande d’aller voir un interniste car ce n’est pas sa spécialité, que des va et vient et je ne savais pas ce qui se passe, je n’osais même pas a en parler et je tenais vraiment a ce bébé que je me disais que ce n’est rien de grave et ca va passer ….

Je prends RDV chez un interniste, un gentil Monsieur qui est à l’écoute, il me demande un autre bilan que je fais, il soupçonne un dérèglement immunitaire et hormonal mais ne sait vraiment pas ce que c’est, me prescrit une corticothérapie pendant deux semaines pou voir si  ca va régler la chose, après deux semaines aucune amélioration, je suis cortico-résistant, mon corps ne réponds pas au corticoides, il me demande donc une hospitalisation en urgence, c’était la vielle de Ramadan, je rentre dans un hôpital, des bilans encore et encore, des bolus de cortisone par voie veineuse a forte dose, régime sans sel et sans sucre bref la totale quoi …..  Ces plaquettes ne font que baisser, mes reins sont touchés, tension un peu élevée, transaminase aussi , je saigne de partout, nez qui coule de sang, bouche, oreilles, vessie ,,,, qu’est ce qui se passe exactement ? Les médecins m’ont conseillé donc d’extraire le bébé, j’étais presque a mon 5éme mois, chose que je refusais biensur, je ne voulais même pas y penser, pour moi ce bébé represente tout, je le sens bouger, je vois ce petit ventre qui sors jour après jour, malgré tous ces médicaments et mon état de santé je ne faisais que penser a lui et me contenter de le sentir en moi, un mois passé, la vielle de l’Aid les médecins me demandent donc de sortir de l’hopital car je payais pour rien, et que mon état se détériore, ils ne pouvaient rien me faire, ils m’ont conseillé donc de sortir pour l’Aid et d’aller commander un traitement qui coute dans les 80 000dh, c’est des immunosupresseurs avec une durée de traitement de deux jours seulement, je suis sortie, perdue, je ne vois plus le bout du tunnel, je ne sais plus ce qui se passe, personne ne peut me toucher vu que je suis enceinte et moi je ne pense à rien a part cet ange qui bouge en moi, japrès l’Aid je pars a Casablanca voir un autre médecin, celui ci est un hématologue cancérologue, soit disant connu su Casablanca et qui est un vieux monsieur, il me conseille donc une hospitalisation entre 10 et 15 jours pour m’administrer ces immunosupresseurs et me faire un suivi, car mon état de santé ne me permets pas de rester chez moi ou de bouger, risque d’hémorragie interne ou cérébrale, je ne ferme plus l’oeil la nuit, peur de dormir et ne plus me réveiller, j’étais torturée par les analyses, ponction de la moelle osseuse, des prélèvements sanguine chaque jours a 6h du matin, je ne sentais plus mes veines, mais je gardais espoir, je restais positives et j’avais un seul objectif, c’est que ce bébé soit en bonne santé, je le vois bouger dans l’echo, toute contente d’admirer ses petites mains, ses pieds et son visage et ses trais qui sont déjà visible à l’écran …

15 jours passés dans cette clinique, il ne me reste plus rien a faire, plus la grossesse avance plus mon état de santé se détériore, je ne mange plus, je ne dors plus, je saigne encore et encore, mes reins sont épuisés, hypertension, et avec les doses élevées de cortisones que j’ai prise j’ai eu un diàbete gestationnel, à la limite je m’en foutais car bébé va bien, je ne pense plus à moi ni a ce qui peut m’arriver, pour moi l’objectif principal c’est que bébé naisse en bonne santé.

Je suis arrivée au point que je commence à partir moi même aux cliniques pour demander une administration du traitement par voie veineuse, je voulais juste arriver au 7éme mois pour demander un déclenchement d’accouchement, alors que ce traitement par voie veineuse ne donne plus aucun résultat, je devais donc être hospitaliser à nouveau dans une clinique pour suivi rigoureux et administration de ces immunosupresseurs ( c’est des anticorps ), pas la peine de vous raconter ce que j’ai subis dans cette clinique et sans citer le nom du médecin, mais je ne le pardonnerai jamais, il m’a torturé, ma fait pleuré, harcèlement moral, m’oblige à prendre des traitements qui ne sont pas autorisé aux femmes enceinte , et m’oblige également de mettre fin a cette grossesse….. Bref , je suis restée 15 jours et la , il vient me voir pour me demander de quitter l’hopital car ya pas de raison de rester, le gynécologue qui me suivait labas me disait clairement qu’elle ne peut pas me prendre en charge et prendre cette responsabilité, et me dit que si jamais elle me prends en charge elle va devoir m’enlever l’utérus, je pars voir le medecin qui se charge du service néonat ( car je voulais accoucher a 7 mois ) , et ce dérnier me dit, Madame je n’ai pas de place pour votre bébé, pour pouvais le garder dans votre chambre ou cherchez ailleurs car aucune couveuse n’est disponible.

Désespérée, perdue, je ne sais plus ce qui se passe, j’ai honte de ces médecins qui ne peuvent même pas soutenir un malade, ces médecins qui ne pensent à rien a part l’argent mais je garde espoir encore et je rentre chez moi.

J’arrive à 33 SA, mon 1er interniste qui est en congé, demande toujours après moi, m’a conseillé donc d’aller voir un anesthésiste pour voir avec lui le protocole a suivre pour un éventuel accouchement programmé, le protocole durait 15 jours entre traitement et suivi, je rentre donc en réanimation, et à cause de tout le stress que j’ai subis je perds les eaux a 2h du matin, je ne devais absolument pas accoucher par voie basse, et avant tout ca je devais être transfusée de plaquettes ou de sang, des contractions insupportable, mais je tenais le coup, je me dis que le jour que j’attendais depuis longtemps est arrivé, mais je ne sais pas si je vais sortir vivante ou pas, si je vais devoir voir mon bébé ou pas, les médecins arrivent a 7h du matin, direction bloc opératoire, ils appellent le centre de transfusion sanguine le samedi a 7h du matin pour nous fournir des plaquettes et du sang, je rentre en bloc a 8h30, anésthesie génerale, transfusion, hémorragie lors de l’opération, intubation car je respirais plus bien, mais une petite princesse est née, elle s’appelle AIDA, 2,195kg, prématurée mais qui est aussi courageuse que sa maman, respire seule, n’a pas eu besoin de couveuse, bilan correct, elle est restée en néonat juste 4 jours le temps que je sors de la clinique, elle rentre donc avec moi à la maison…

Après l’accouchement tout rentre dans l’ordre, plaquettes correctes, reins parfaits, tension normale et diabète aussi, tout ce chamboulement est causé par la grossesse, ca arrive, mais grâce a dieu et aux gens qui m’ont soutenu que j’ai pu relevé le défit, c’est vrai que j’ai perdu ma carrière mais j’ai gagné un paradis qui est cette princesse, elle a un an aujourd’hui, elle se développe normalement, sourit joue crie et me comble de bonheur.

Ayez confiance en vous, et un bébé est le plus beau cadeau du ciel.

ELAROUSSI SARAH

2 réflexions au sujet de “Story Mme Elaroussi Sarah et princesse Aida”

  1. Comme Mme Elaroussi, venez vous aussi partager votre expérience,
    que ce soit lié à votre grossesse, votre accouchement, votre allaitement, la pratique du portage physiologique ou de vos pratique de maternage,
    envoyez votre récit a story@oums.ma
    avec ou sans photo, en indiquant si vous voulez que ce soit publié en anonyme ou avec votre nom.
    au plaisir de vous lire et de partager.